bande deco gauche
mask ryo

Ryo enjambe par le haut les locaux d’IDHEO

Avec un certain goût pour les défis, Ryo joue à saute-mouton, sans s’y appuyer, sur les salles de classe d’une école supérieure de la banlieue nantaise, grâce à une charpente métallique de 156 tonnes d’acier qui surplombe, par des porte-à-faux de plus de 16 mètres un bâtiment du siècle dernier.


Octobre 2014, l’entreprise relève le défi que lui lance le cabinet d’architecture Atelier David (www.atelier-david.com) : IDHEO (www.idheo.com) l’Institut de Hautes Etudes d’Ostéopathie nouvellement installé à St Herblain décide de vivre en plus grand.


Mais voilà, comment faire ? Par une extension à l’horizontale ? Impossible, autour tout est occupé ! La solution ne pourra être que verticale.


Oui, mais notre brave édifice existant en dessous s’avère bien incapable de supporter ne serait-ce qu’un étage supplémentaire. Tu penses, avec les nouvelles normes sismiques, même pas en rêve !


Eh bien, on passe des poteaux au travers et on construit au-dessus, comme on l’a fait rue de Crucy à Nantes, pour l’immeuble de l’Agence de Communication THE LINKS (www.thelinks.fr) ! (voir à ce propos nos news de Septembre 2014).


Pas de ça non plus ! nous dit-on, pas de poteaux dans les salles de classe. Le client est Roi.

 

Alors… Alors, il faut installer notre édifice sur pilotis en supprimant les poteaux qui gênent, créant alors des porte-à-faux qui vont faire froid dans le dos à nos calculateurs.


Janvier 2015, les traits de crayon de l’architecte se sont réconciliés avec les calculs de structure du charpentier, après quelques allers et retours, après quelques belles idées sans lendemains et quelques brouillons dans les corbeilles à papiers.

 

Il ne reste plus qu’à rester le meilleur pour l’épreuve du rouleau compresseur financier. En fait, c’est très simple : l’audace et l’esthétique, associées aux aspects pratiques, doivent rester, vous l’aviez deviné … très économiques.


Mai 2015, les marchés sont signés, en Juin, nos dessinateurs-projeteurs sont aux claviers, en Juillet nos métalliers font des étincelles à l’atelier et en Août notre insecte de métal passe en mode construction.


Ce ne sera qu’à l’Automne, le froid venant, que l’araignée d’acier viendra s’habiller de sa parure métallique, endossant en final une incroyable vêture aux camaïeux de verts réalisée par nos amis de chez JORISIDE FAÇADE (www.joriside-facade.fr)


Fin Janvier 2016, les engins s’en vont, les charpentiers rangent leurs derniers outils. Il ne reste plus qu’à attendre un peu de soleil et puis simplement, admirer.


C’est aérien, c’est inhabituel, c’est dans l’air du temps et c’est fonctionnel.

Retrouvez nos actualités précedemment publiées